Tecindustry Thèmes « Nous pouvons arrêter le changement climatique, mais nous devons mettre les gaz »
Interlocuteur  Tecindustry Tecindustry
+41 44 384 41 11 +41 44 384 41 11 infonoSpam@tecindustry.ch
Partager

« Nous pouvons arrêter le changement climatique, mais nous devons mettre les gaz »

Nathalie Casas dirige la division de recherche et développement chez Climeworks. Dans une interview, elle explique sa position en matière de changement climatique et d’où elle prend sa motivation chaque jour.

Texte: Alena Sibrava

Les médias informent chaque jour des conséquences du changement climatique. Qu’en penses-tu ?
N. Casas:
Je pense qu’il est grand temps que nous agissions. Les modèles climatiques montrent qu’il ne suffit pas que nous ayons un comportement neutre en matière de CO2. Si nous entendons arrêter le changement climatique, nous devons absolument retirer activement des quantités importantes de CO2 de l’air.

Cela t’inquiète-t-il ?
N. Casas:
Oui. En même temps, je suis optimiste et pense que nous pouvons encore résoudre le problème si nous mettons les gaz. Le fait que la plupart des perspectives sont faites sur la base de modèles linéaires me préoccupe. Un peu plus de CO2 est dégagé dans l’atmosphère, la température augmente légèrement et ainsi de suite. Cependant, il existe dans le monde des phénomènes appelés « Tipping points ». Par exemple, lorsque le permafrost dégèle et libère de ce fait du gaz méthane. Alors, soudainement, la température n’augmente pas seulement un peu, mais très fortement.

Quelle est la contribution de Climeworks pour résoudre le problème ?
N. Casas:
D’une part, Climeworks ferme le cycle carbone : des installations « Direct Air Capture » filtrent le CO2 de l’air. Ce dernier est utilisé par exemple dans la production de carburants synthétiques ou est transformé en gaz carbonique dans les boissons. Si le CO2 est de nouveau dégagé, par exemple par la combustion du carburant, les installations « Direct Air Capture » le retirent et le filtrent à nouveau de l’atmosphère et ferment ainsi le cycle. Mais Climeworks ne s’arrête pas là : le système « Direct Air Capture and Storage » filtre le CO2 de l’air et le pétrifie dans le sol. Ainsi, le CO2 est retiré durablement et en toute sécurité de l’atmosphère et ne peut plus se dégager.

En travaillant chez Climeworks, tu contribues à la lutte contre le changement climatique. Est-ce que tu accordes une grande importance à un comportement écologique aussi dans ta vie privée ?
N. Casas:
Oui, mais je ne suis pas dogmatique. J’essaye de faire de mon mieux tout en profitant de la vie. Je n’ai par exemple pas de voiture, mais je mange de la viande. J’accorde une grande importance à la qualité et à la production régionale. De plus, j’ai souscrit un abonnement chez Climeworks grâce auquel du CO2 est filtré de l’air efficacement en mon nom et ensuite transformé en roc.

Au niveau des études, tu as choisi une matière où les femmes représentent une minorité : ingénieur en sciences chimiques. Pourquoi ce choix ?
N. Casas:
Depuis toujours la technique m’a fascinée. Mon père est constructeur de machines et ma mère microbiologiste. Quand j’étais petite, j’accompagnais ma mère au laboratoire pour compter les souches bactériennes. Mon père a développé un logiciel pour résoudre des exercices de mathématique. Ceci a attiré ma fascination dès mon enfance. Pour moi, la question d’étudier les sciences naturelles ne s’est jamais posée, mais simplement de savoir quelle filière.

Quelle est ta motivation dans ton métier ?
N. Casas:
Je veux savoir comment les choses fonctionnent et découvrir comment pouvoir les améliorer. C’est ce qui me motive. De plus, dans mon travail chez Climeworks, s’ajoute l’utilité. C’est très bien et me donne une dose de motivation supplémentaire. J’adore optimiser les choses et si ce que je fais est en plus utile pour la société, cela est d’autant plus satisfaisant.

Portrait

Nathalie Casas dirige la division de recherche et de développement chez Climeworks, une start-up qui est désormais un des leaders mondiaux dans le domaine « Direct Air Capture » (DAC). Les installations Climeworks retirent le CO2 de l’atmosphère pour le livrer à des clients ou le stocker en toute sécurité et durablement sous terre.

En tant que cheffe de la division de recherche et développement, Nathalie est responsable du développement et de l’ingénierie des produits Climeworks. De 2013 à 2017, elle a travaillé chez Sulzer Chemtech en tant qu’Application Manager spécialisée dans le captage de CO2. En 2012, Nathalie a écrit sa thèse dans le département « Génie mécanique et technique de fabrication » à l’EPF à Zurich.

Ces articles peuvent vous intéresser

Dernière mise à jour: 11.02.2020, Alena Sibrava