Tecindustry Thèmes Be the change that you want to see in the world (M. Gandhi)
Interlocuteur  Tecindustry Tecindustry
+41 44 384 41 11 +41 44 384 41 11 infonoSpam@tecindustry.ch
Partager

Be the change that you want to see in the world (M. Gandhi)

Mega Nathan est à la tête de la division « Functional Surfaces and Style » chez le fournisseur automobile Autoneum à Winterthour. Avec son équipe, il fait des recherches sur les tapis pour l’intérieur des véhicules. Dans une interview, Mega Nathan parle de sa carrière et de son parcours qui l’a mené de l’Inde en Suisse.

Texte: Alena Sibrava

Mega, pourquoi as-tu choisi une carrière dans le domaine technique ?
Mega Nathan:
J’ai grandi dans le sud de l’Inde, près de la ville de Coimbatore. La région est connue pour son industrie textile, dans laquelle mon père travaillait déjà. Son enthousiasme pour la technologie en général et la branche en particulier a suscité mon intérêt. Après la 10e année, j’ai obtenu un diplôme dans une université technique, puis j’ai travaillé comme superviseur dans une usine textile en Inde. Plus tard, je me suis engagé chez un fabricant de machines textiles - une entreprise comme Rieter.

Plus tard, tu as également obtenu le titre Bachelor en technologie textile.
Mega Nathan:
Oui, j’étais vraiment ambitieux. J’ai travaillé 6 jours par semaine de 8h à 17h et j’ai suivi des cours du soir dans l’une des meilleures universités de la région jusqu’à 21h - pendant quatre ans. Mon chemin s’est poursuivi aussi sur le plan professionnel. Au cours de la deuxième année de mes études, on m’a proposé de diriger une usine de 100 employés. Je n’avais que 22 ans à l’époque.

Et ? As-tu accepté ?
Mega Nathan:
Oui. Avec le recul, j’y aurais probablement réfléchi plus longtemps, mais à ce moment-là, j’ai immédiatement accepté. La courbe d’apprentissage était raide. J’ai fait un nombre incroyable d’erreurs, mais j’ai aussi beaucoup appris d’elles. Une fois, j’ai pris une décision suite à laquelle tout le personnel s’est mis en grève. J’avais lu dans un guide de direction qu’il fallait réduire le salaire de base des employés et les payer en fonction de leurs performances. Cependant, c’est inhabituel en Inde. Normalement, l’expérience professionnelle est le facteur déterminant pour le salaire. Mais je voulais donner aux jeunes la possibilité de gagner plus d’argent quand ils sont plus performants.

Quelles ont été les conséquences de cet incident ?
Mega Nathan:
Heureusement, aucune. Mon supérieur avait une grande confiance en moi. Il était critique, mais il m’a laissé essayer mes idées. Lorsque j’ai quitté l’entreprise, mon usine était plus performante que toutes les autres du groupe. Je m’étais attaché à mes collègues, c’est pourquoi il m’était difficile de leur dire au revoir. Mais il était très clair pour moi que je voulais passer mes études Master à l’étranger.

Quelle destination as-tu choisie ?
Mega Nathan:
La plupart de mes camarades ont choisi les États-Unis et moi aussi j’ai voulu y aller, ne serait-ce que pour la langue. Bien que j’aie déjà été admis dans une très bonne université, mon mentor m’a parlé en toute conscience. Il avait peur que je me retrouve dans le secteur des logiciels après mes études, ce qu’il regrettait au vu de mon grand savoir-faire technique dans le secteur textile. Il m’a recommandé d’aller dans un pays techniquement affiné pour l’ingénierie textile, en Allemagne par exemple. J’ai donc décidé de faire mon Master à l’université des sciences appliquées de Niederrhein en Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Qu’est-ce qui t’as finalement amené en Suisse ?
Mega Nathan:
Par rapport aux autres étudiants, j’avais déjà beaucoup d’expérience pratique à l’âge de 24 ans, mais cela ne comptait pas beaucoup en Allemagne. Afin de prendre pied sur le marché européen, j’ai dû effectuer un stage, qui a été organisé par un de mes professeurs dans l’entreprise chimique BASF à Ludwigshafen. C’est là que j’ai également rencontré mon épouse. J’ai aimé mon travail chez BASF et mon travail y était apprécié. Mais Rieter a toujours été l’employeur de mes rêves, même pendant mes études en Inde. C’est pourquoi j’ai postulé dans cette entreprise à Winterthour. Lors de l’entretien, la responsable des ressources humaines a été impressionnée par le fait que je connaissais déjà beaucoup de choses sur leurs technologies. Je les connaissais déjà grâce à mes études et à mon père. C’est ainsi que j’ai obtenu l’emploi de mes rêves à la division automobile de Rieter, qui est devenue indépendante en 2011 et s’appelle désormais « Autoneum ».

Tu as maintenant 43 ans et travailles dans le textile depuis plus de 20 ans. Tu ne t’ennuies pas parfois ?
Mega Nathan:
Permets-moi de te l’expliquer à l’aide d’une analogie. Enfant, vous rêvez d’être camionneur, puis conducteur de train, puis médecin ou ingénieur. Plus tu acquiers de l’expérience, plus tu reconnais des détails, plus tu découvres ce qui est possible.

Quels sont tes objectifs maintenant ?
Mega Nathan:
Aimer mon travail. Tant que tu prends plaisir, que tu es en bonne santé et que tu gagnes même de l’argent, tu peux faire ce que tu veux.

Portrait :

Mega s’appelle Meganathan Meenakshisundaram. Il a grandi dans le sud de l’Inde, dans une région fortement influencée par l’industrie textile. Depuis 2007, Mega travaille pour Autoneum (anciennement Rieter), l’un des principaux fabricants de protections acoustiques et thermiques pour les véhicules. Mega a étudié la technologie textile en Inde et en Allemagne. Chez Autoneum à Winterthour, il travaille dans l’équipe de recherche et de technologie en tant que responsable de la division « Head of Funtional Surfaces and Style ». Avec son équipe, il développe des innovations en matière de tapis pour les véhicules. Pendant son temps libre, Mega fait beaucoup de sport. L’année dernière, il a parcouru plus de 6 000 kilomètres à vélo - sans compter le trajet pour se rendre au travail.

Ces articles peuvent vous intéresser

Dernière mise à jour: 18.02.2020