Tecindustry Magazine LA SILICON VALLEY SE MET À LA LECTURE DES STOÏCIENS
Contacter  Tecindustry - Magazin Tecindustry - Magazin
+41 44 384 41 11 +41 44 384 41 11 involvednoSpam@tecindustry.ch
Partager

LA SILICON VALLEY SE MET À LA LECTURE DES STOÏCIENS

DIRIGER DANS LA CRISE

Magdalena Hoffmann, tous les CEO devraient-ils devenir des philosophes? 
Bien sûr que non! Mais il serait bon qu’ils acquièrent des compétences philosophiques. D’autant plus qu’ils en profiteraient particulièrement dans les périodes difficiles et incertaines.

Comment cela?
Ils disposeraient alors de leur propre nouvelle source de souveraineté, qui les aiderait dans leurs activités de direction, par exemple dans leurs relations avec les collaborateurs. Il est intéressant de constater que ces derniers remarquent très rapidement si quelqu’un dispose de connaissances philosophiques ou non. La philosophie apporte de la clarté: il est toujours question de confiance et d’autonomie. Bien souvent cependant, ces mots-clés restent sans suivi et nous ne comprenons pas exactement ce qu’ils signifient. Si l’on se préoccupe intensément de ces sujets et que l’on est conscient que d’autres points de vue peuvent également exister, il est possible d’argumenter de manière plus compréhensible, plus précise et plus crédible, ce qui est d’autant plus important en période de crise.

Les pensées stoïques nous aident juste à être un peu plus calmes.

Expliquez-nous...
En cas de crise, les décideurs doivent être capables de gérer des objections critiques sous pression, par exemple dans le contexte des mesures liées au corona. Et ensuite, convaincre leur personnel. Ils doivent aussi savoir quand une discussion est utile et où se trouvent les limites. Ces limites sont importantes dans les moments difficiles. 

N’est-ce pas un choix personnel? Comment la philosophie peut-elle aider?
En effet, mais il faut d’abord trouver son propre style de direction. Là aussi, la philosophie peut aider à s’orienter au moyen de l’autoréflexion et de l’approche par rapport à d’autres façons de penser. La sérénité joue également un rôle important en temps de crise. C’est à ce stade que nous profitons le plus de l’antiquité. La moitié de la Silicon Valley se met à la lecture des stoïciens!

Que pouvons-nous apprendre des stoïciens?
La principale maxime stoïque est: occupe-toi de ce que tu peux influencer toi-même. Ignore le reste, puisque de toute façon tu ne peux rien y changer. Ce qui à première vue peut sembler banal, se fonde sur une théorie éthique très complexe, selon laquelle pratiquement tous les biens et symboles de statut n’ont pas de valeur réelle, mais représentent plutôt une source potentielle d’inquiétude. Selon les stoïciens, si vous avez intériorisé cela, vous vivrez mieux.

En d’autres termes et demandé de façon provocante: nous devrions être heureux même si nous perdons tout?
Non, bien sûr que non. Les pensées stoïques nous aident juste à être un peu plus calmes. Je ne suis pas une partisane de la rhétorique: la
crise en tant qu’opportunité. Les crises sont des crises, elles sont désagréables et ont des conséquences douloureuses. Inutile de l’enrober de
sucre. Souvent, ce sont les personnes les plus mal loties qui souffrent le plus. La seule conclusions des crises est la clarté sur nos faiblesses,
nos qualités et nos besoins. Ces attributs se dévoilent alors bien plus que d’habitude. La crise nous reconditionne en quelque sorte.

 

Cet article, vaut-il la peine d'être lu ?